Genouillères

au ras, pas vraiment dans ta définition je pense. Mais c’est tout comme dans x x et x moments parmi ces 3 vidéos :



de mémoire (hic), le vélo est interdit sur une grande partie du chemin de ronde de la cote sauvage de quiberon. Autant dire que la transvé serait non autorisée en Bretagne :wink:

ps : j’avais pas remarqué mais rien que sur l’image de la vidéo n°2, t’es hors la loi à Quiberon. Un mec pas doué, il peut finir dans le vide même à l’arrêt.

ps 2 : bientôt le transfert de cette discussion passionnante vers un sujet dédié « jargon : qu’est-ce qu’être au ras de la transvé à Quiberon ? » :smiley:

Là, t’es vraiment à flanc de falaise (St Guilhem du Desert, on a fait cette rando lors d’un randonet … en 2001 je crois) - à partir de 2mn30 quand ça attaque de Cirque de L’Infernet

bof ça va, il y a un muret de protection à 2mn44. Le maire de Quiberon validerait.

là t’es au ras :

ya rien qui me choque sur cette image, c’est du VTT de montagne, sur un sentier en balcon. Oui, tu peux toujours mourir en tombant à droite. Tu peux aussi mourir en traversant une rue à pieds.
Ces sentiers sont en fait rarement aussi dangereux que tu ne le crois : les caméras déforment l’image, ça semble plus pentu qu’en réalité sur les bords. Et le sentier ne fait pas 30cm de large, le cintre passe large :slight_smile:
Il en va aussi de l’intelligence du VTTiste, de l’organisateur : si c’est trop dangereux, tu fais pas passer la course par là. Ou bien tu casse la vitesse. Ou t’oblige à passer à pied (c’est le cas au raid Vauban par exemple, quelques passages neutralisés). Sur ce même raid, il y a des passages autorisés (en XC) alors qu’un enduro passait au même endroit, mais à pied ! En XC tu prends moins de risque. En enduro, il y avait le risque de passer trop vite avec des vélos qui arrivent bien plus vite au même endroit.

En tant que cycliste, tu dois aussi adapter ta vitesse au terrain, aux conditions de grip. Mais l’accident n’est jamais à exclure. On fait le maximum pour l’éviter, mais ça marche pas toujours !
Tiens cet été, pour mon gros crash, sur les 4 ou 5 premières mn de spéciale, j’ai 1mn d’avance sur le vainqueur de la spé ! Pourtant j’avais pas l’impression de me mettre en danger pourtant je devais rouler trop vite ! J’ai rattrapé un concurrent devant moi, j’ai décidé de ne pas le doubler pour m’obliger à ralentir, à ne pas prendre de risque. Je ne visais pas de victoire, de podium, juste le plaisir, 5j de VTT. Et au final, peut-être qu’en roulant moins vite, en étant moins concentré, je me prends ma plus grosse boite en 30 ans de VTT, sur un sentier quasi à plat, quasi lisse, sans difficulté. J’ai volé 10 à 15m au milieu des arbres à 30km/h… au final je m’en sors en me cassant juste une clavicule. En regardant en arrière, je pense que j’aurais pu me tuer si la tête plutôt que le bras avait tapé… c’est la vie ! pourtant je ne regrette rien (si, un été gâché, mais ça c’est un détail). Peut-être que j’aurais du doubler le gars. Peut-être que je serais quand même tombé, encore plus vite. Ou bien ça serait passé comme une lettre à la poste. J’en saurais jamais rien, c’était juste pas de bol cette fraction de seconde.

Mais non, ce n’est pas idiot de rouler sur ces sentiers de montagne, ça passe généralement très bien, c’est beau, c’est jouissif :slight_smile:

(hop, je retourne sur le home trainer :rofl: )

1 J'aime

J’ai jamais dit que c’était idiot de faire du VTT en montagne. Je suis pas le maire de Quiberon. La transvé, j’y pense même en me rasant :slight_smile: Le chemin de ronde de Quiberon c’est du petit lait. Un mec a dû tomber un jour et bim! un arrêté municipal et terminé le vélo.
N’empêche, pour 80%(?) des gens, c’est pas évident évident, voire débile, d’aller faire du vélo là. Raison de plus par chez moi à la cote. Comment vous expliquez que ça parait évident de pas faire du vélo à côté d’un précipice pour la plupart des gens ? C’est marrant, je dis que ça parait normal pour un montagnard, et hop, vous êtes là à me dire : non non, je vois rien de choquant, ça me parait normal. :slight_smile: :smiley: :joy:

bon faut arrêter les quiproquo. Je sais bien que c’est cool le VTT en montagne. J’assume l’entière responsabilité de cet échec de discussion genouillère.

Ah s’expliquer en texte, c’est pas facile :slight_smile:
En vrai, c’est de suite plus simple … vive les randonets ! :rofl::grinning::wink::yum:

il faudrait savoir pourquoi c’est interdit !
trop dangereux ? (c’est possible, je dis pas le contraire ! ça peut être glissant,…)
site sensible à protéger de l’abrasion ?
cohabitation difficile avec les piétons pour se croiser ?

tellement ça. Les forums c’est toujours un terrain glissant pour polémiquer.

peut-être un peu pour toutes ces raisons. Du point de vue VTT, y’a pas de quoi fouetter un chat, sauf jours de grands vents.
Mais faut remarquer quand même à quel point les gens ont envie de se protéger d’eux même. Dans les ports, tu as des panneaux « attention, si tu continues ça fait plouf! ». Après des siècles et des siècles d’accidents, faut croire que la mer a mauvaise réputation.
plouf_t_es_con

Ah, c’est pas : « Attention zone de water jump ? » :yum:

Suite à la discussion, j’ai pris peur avec mes genouillères souples minimalistes.
Alors j’ai commandé des ion k pact taille s.

Reçues ce soir , je les essayées dans mon salon, sans rouler.
Alors déjà : la protection c’est autre chose. Ça couvre beaucoup plus : sur le tibia , mais aussi sur les côtés . C’est pas une coque , mais un insert dur amovible qui m’a l’air aussi efficace qu’une coque.

Le poids , l’encombrement, ah c’est sur , il y a de la matière . Portées ça ne doit pas être un souci. C’est sur que si je retire les genouillères ça prendra nettement plus de place dans le sac, d’ailleurs je ne sais pas si elles rentrent .

Je les ai enfilées : première impression, c’est assez pénible à enfiler , il faut bien la tourner pour que la cheville puisse passer
(J’ai peut-être des pieds un peu grands relativement à la taille S)

A retirer c’est encore plus pénible.
Bref c’est pas la protec qu’on peut mettre et enlever 10x dans une journée .
Ça a intérêt à être confortable.

Une fois portées, au début la raideur de la protec m’a gênée . Après la gêne s’est moins faite sentir.
Elles semblent bien tenir , j’ai fait quelques tours de pédales dans mon sous-sol , ça ne descends pas.

Le seul truc qui m’ennuie c’est le fait de supporter tout une journée des genouillères rigides . A priori je dois pouvoir les descendre sur les mollets (retournées ) mais j’ai pas essayé sur un vélo, avec des chaussures au pied.

Concernant la taille, je me suis fié à l’abaque fournie par ion.
J’ai les mollets atrophiés, que du cuissot , alors c’est un peu compliqué.
(Si je devais me baser sur le tour des mollets j’aurais pris XS, et sur celui des cuisses M, donc la moyenne c’est S)
Malgré tout , c’est plutôt ajusté, même sur les mollets, mais ça va , à voir sur une journée complète .
J’ai juste peur qu’en pleine saison , si je roule beaucoup que les cuisses prennent du volume et que ça ne rentre plus .

Enfin bon il y a plus qu’à essayer et lever les doutes .

tu n’as pas pu choisir un modèle à scratch ? ça offre plus de liberté de réglage non ?
EDIT : oups, les k pact sont à scractch. Je laisse ma remarque quand même.

ps : mais au fait, tu as pris peur de quoi ? ça fait des années que tu roules avec des genouillères sans problème non ?

Oui mais je ne tombe pas ou très peu souvent.
Sur le modèle je pense que je me suis planté, je ne m’attendais pas exactement à ça .
C’était soit je les prenais un poil plus souples pour le confort, soit plus faciles à enfiler.
J’avais vu aussi un modèle à fermeture éclair.

Enfin bon elles ont l’air quand même bien.
Tant que je ne les porte pas pour rouler, j’ai 15 j pour réfléchir

mes genouillères sont des Leatt Brace 3DF 5.0, assez cher mais confortable avec une bonne (grosse) protection souple, et aucun gene pour pedaler. j’ai eu l’occasion de verifier l’efficacité de protection du genou pendant le VARnet1.

Elles ont l’air bien.
et y’a pas énorme de différence de prix entre les ion k pact et les leatt 3DF.

retour sur les ion K-Pact après 2 jours d’essai.

Par rapport à ce que j’avais avant, c’est une vrai protec. Je l’avais dans le Luberon et au dessus des pavasses du 2ème et 3ème jour c’était rassurant d’avoir quelque chose qui protège bien.
D’autant plus qu’elles ne descendent pas, donc quand on tombe, on a la protec bien en place qui englobe le genou. (on ne risque pas de tomber avec la protec au niveau du tibia, sauf si c’est volontaire)

Au niveau du pédalage, on peut très bien les garder toute une journée. Pour la longue montée du 3ème jour, j’ai préféré les descendre au niveau des mollets car ça commençait légèrement à irriter la peau derrière le genou.
Mais sinon, comme dit plus haut elles ne descendent pas.

Cette qualité de ne pas descendre devient aussi son défaut. C’est tellement difficile de les faire descendre, que c’est compliqué de les retirer, ou même pour les rabaisser au niveau des mollets .
Pour les enfiler c’est pas non plus super pratique, même si ça va mieux dans ce sens là.

Pour ce qui est de l’encombrement, si on ne veut pas les porter (en été elles doivent tenir chaud!), ça prend sa place. Si le sac est déjà rempli de vetements, d’un sandwich, d’un appareil photo , c’est à l’extérieur du sac. Et j’ai déjà perdu une paire de genouillères 661 D3O comme ça.

Dernier point: le lavage, il faut retirer l’élément de protection à l’intérieur de la protec. C’est pas non plus très évident, mais je ne lave pas mes protecs après chaque sortie. (plutôt après un randonet ou après une grosse sortie)

Bref :
Pour le confort, c’est pas mal
Pour la protection, je n’ai pas testé la chute, mais ça inspire confiance
Pour la tenue au pédalage, c’est super
Pour le côté pratique, peut mieux faire.

Du coup, je pense réserver ses protecs à un usage engagé. Tout dépend du terrain, si c’est caillasse land comme dans le Vercors ou plutôt un terrain glaiseux comme en Chartreuse, je ne ferais pas les memes choix.
De même si c’est pour faire du XC all mountain tout seul ou au contraire me tirer la bourre en randonet, ça va aussi influencer le choix.

ma dernière sortie a été faite intégralement avec les genouillères incriminées. Je sens rien de spécial aux genoux pour l’instant. A voir dans la durée. En fait, pour retester dans les mêmes conditions que juste avant l’apparition des douleurs, il faut que je combine : les genouillères + activité intense + sorties ultra-fréquentes.
ça sent la fausse piste quand même d’incriminer les genouillères.

Voila le coupable. il faut au moins une journée (donc ~45h) de repos pour éviter l’usure et les blessures pour une même activité intensive. la solution est de varier les activités (ex. triathlete) si on veut en faire tous les jours.

1 J'aime

merci de l’info pour les 45h. argh c’est un peu relou de devoir se limiter. Mais effectivement les douleurs sont arrivés au cours de l’enchainement : gros pic d’activités juillet-aout, suivi de achat genouillères fin aout, suivi de moult sorties en septembre dont 2 très particulières (roch&boss mont d’arré et mon premier 50km en rando avec un peu d’objectif en terme de chrono).

Pas d’inquiétude les ion sont hyper solides !

3ans que j’ai les miennes, effectivement les enlever c’est chiant faut leur tirer dessus mais, ça tient bien.

Sur des gros chocs elles restent en place et c’est top
L’été oui elles tiennent quand même chaud
Le lavage, c’est assez chiant aussi de retirer les mousses sans déchirer la toile mais encore une fois c’est costaud

En tout cas, elles sont vraiment confort, avec le temps elles sont plus souples, le kevlar est moins rigide … elles se « font » bien

Au début aussi je voulais les coller dans le sac, mais le modèle que j’ai necessite de virer les chaussures bref. Descendues sur les mollets et op ça va

Tu as fais un bon achat :grinning:

6 messages ont été scindés en un nouveau sujet : Entraînement, intensité et endurance