Forme physique, niveau technique

Bonjour,
j'ai fait une petite sortie ce matin (27 km / 600 mD+ / 12 de moyenne) et je n'avais pas les jambes. Je n'ai pas réussi à déconnecter le cerveau malgré une vraie envie de balade.

Et en roulant je me posais les questions suivantes, au fil de l'âge avez-vous l'impression d'avoir progressé / régressé :

  • pour la condition physique ?
  • le niveau technique ?

Sondage ouvert ! :sweat_smile:

Pour ma part j'ai perdu en physique. Cela s'explique par le fait que les années passent, l'opération du genou l'an dernier m'a bien affaibli physiquement.
Pour l'aspect technique, en revanche, j'ai l'impression de progresser. Je tente, je passe des obstacles que je ne franchissais pas avant. Et cela fait maintenant 33 ans que je fais du VTT !

Attends là on est en décembre, on sort d’un confinement qui rend l’ambiance morose,
c’est un peu dur d’avoir la patate si la tête n’est pas au top.

Après je sais bien que dans le sud, l’hiver est plus ensoleillé qu’ailleurs, mais n’empêche que les nuits qui font 15-16 heures , c’est pas le mieux pour le moral . (Surtout qu’on ne peut rien faire le soir .... mode varois )

1 J'aime

Pour la condition physique j'ai progressé car je roule plus que lorsque j'etais plus jeune. Et pour le physique il n'y a pas de secrets, il faut rouler.

Niveau technique il y a 2 choses a prendre en compte:

1/ Le niveau technique pur: la j'ai progressé car des choses qui me paraissait compliqué avant ne le sont plus maintenant. J'ameliore des temps en descente ou je m'approche de mes KOM sans avoir a forcer et chercher a aller specialement plus vite.

2/ l'engagement: la j'ai regressé. Je reflechit plus et c'est plus compliqué de me lancer sur des trucs tres compliquer ou des gros sauts. Par exemple pour des drops de hauteur que je ne fais pas souvent (genre plus de 2m), et bien je n'y vais plus alors que ces memes drops passaient quelques années en arriere. Pour que j'y aille maintenant, il me faudrait un drop de hauteur intermediaire que je poncerais avant de me lancer sur le plus gros. Alors que avant j'etais moins sensible a ca. De meme, il va m'etre plus compliquer de pousser ma vitesse a fond, je vais rester plus sur la reserve.

Maintenant pour nous ici dans le Var, l'hiver c'est juste un peu le coeur de notre saison de roulage donc le moral est plutot haut par ici.

Ca dépend un peu des ambitions en fait.

Perso, sur la condition physique, en ayant repris le vélo y'a 4-5 ans, les deux premières années j'ai roulé pour progresser et refaire un peu de caisse. Et ça a été bien mieux au bout de 2 ans. Mais paradoxalement, il m'est vraiment difficile d'aller chercher des PR aujourd'hui sur des montées que j'ai faite il y a 4 ans... Mais là c'est plus psychologique je crois : y'a 4 ans, dès que j'étais sur le vélo, j'avais mal aux jambes et j'en bavais, donc les montées, c'était forcément dans le rouge. Quitte à être dans le rouge, ça montait à la limite. Aujourd'hui, y'a comme un refus de se faire mal, vu que ça passe maintenant sans trop de souffrance. Il me faut me faire violence pour essayer de monter vite. Je le fais de temps en temps pour voir, et quand j'ai vu, je suis peinard pour 6 mois :stuck_out_tongue:

Mais bon, sur de grosses sorties, je vais aussi vite, et je tiens plus longtemps. Les 2000 de D+, ça se finissait à l'arrache, plein de crampes. Maintenant ça passe un peu mieux. Mais y'a pas de progression sur la vitesse ou la puissance. Après, c'est aussi lié à la pratique : seul j'y vais moins, et ceux avec qui je roule ont moins la caisse que moi, donc y'a pas une motive à se faire mal. Faut des randonets pour se motiver :slight_smile: .

Coté technique et descente, zéro progrès. Voire régression. Je suis tellement sur la réserve que j'use plus le short sur la roue arrière que les crampons des pneus... J'hésite même à passer en SR pour avoir une excuse à pas descendre vite... :wink: Mais je vais me motiver...

Allez, je me confesse :slight_smile:

  • physiquement : ben avec les années, à chaque fois qu'il y a un incident de vie qui me fait perdre la forme, il me faut de plus en plus de temps pour retrouver un semblant de forme. Là en ce moment, j'ai la forme, vraiment bien, comme je n'ai pas eu depuis des années. Après 3h (dans la boue qui use bien), je ne me sens pas fatigué, j'ai encore envie de rouler 1h ou 2. Le fait que je me sois mis à courir (enfin certains diraient que je marche vite :slight_smile: ) en milieu de semaine ne doit pas y être étranger.

  • techniquement : dur à dire. Les vélos sont tellement faciles maintenant que je crois que mes progrès viennent surtout de là. Faudrait que je réessaie un Sunn Revolt avec une Fournales :slight_smile:

  • engagement : clairement, le cerveau mémorise les trucs qui font mal. Je me lançais dans des passages que je ne tente plus aujourd'hui. Je n'avais pas peur de la chute. Maintenant si.

De mon côté, je crois que j’ai régressé de partout : sur le physique, je me traine comme pas possible. En technique, j’ai toujours été une burne mais là, je suis super burne (c’est comme burne mais avec une cape).
Ca vient d’où ? Sur le physique, j’ai eu pas mal d’effets secondaires suite à la maladie de Lyme. Puis, je sors de trois ans de traitement anti-dépresseurs / anxiolytiques / somnifères et ça, ça te tue le physique, + des problèmes au boulot, des problèmes persos qui font que, bon, il me manquait l’envie, la récupération, le tonus musculaire.
Du coup, ça impacte le technique : à force de me balader à Miribel, bah je pousse moins le physique, je fréquente moins le technique, etc. Et c’est un cercle vicieux.
M’enfin, avec le Brompton, ça devrait s’améliorer :grin:

1 J'aime

Pour ma part c'est pas encore l'âge (ou pas complètement), c'est juste que j'ai une brasserie (et un temps plein en //)...
Mais c'est pas que je tape dans les stocks hein... :vtthips:
Du coup sur 3 ans j'en suis à 2 randonets et 5 peut être 6 si je suis généreux sorties vtt.
Le reste c'est sorties route quand je peux avec des arrêts de plusieurs semaines plusieurs fois par an, qui font perdre le petit bénéf' d'une période un peu roulante. Dans les 1500kms annuels, ridicule.
Et comme après grattages de mes 2 ménisques, je ne coure plus, c'est la misère.

Je regrette la caisse que j'avais à vélotafer tous les jours de l'année et les sorties du we, snif...
Mais en 2021 ça va changer, j'espère et peut être que je me rendrais compte que j'ai pris des ans... (toujours marrant quand je reprends de partir sur le rythme habituel et entraîné et de baisser d'un ton quelques kms plus tard, dans le rouge...)

Bref, on bascule doucement vers la vieillesse... si si tous :wink:

1 J'aime

Sagesse, Steph. On dit la sagesse...
Vous me rassurez. On dirait un concours de celui qui est le plus naze.
Je sens qu'à ce jeux là, j'ai une petite chance d'être bien classé.

1 J'aime

De mon côté l'année en Drôme m'a permis de progresser sur tous les aspects. Quand je suis rentré au Québec je n'avais pas été aussi en forme depuis mes jeunes années passées à pateauger dans la bouette pour la reine. Depuis j'essaie de maintenir la cadence, ce qui n'est pas évident. C'est quand même plus facile quand on travaille 2 jours/sem plutôt que 5...

Là où je vois le contraste c'est quand je regarde la progression de David. Dimanche on a grimpé un sommet à 900m et j'en arrivais à la conclusion qu'il était maintenant plus ou moins au même niveau de forme que moi. Il y a même une portion où il est passé devant parce que je n'avançais pas assez vite à son goût. Encore quelques mois et je vais tirer de la patte derrière. Encore deux ans et il ne voudra même plus me traîner avec lui.

Ah mince, je confond toujours :wink:

Mais au "jeu" du plus résistant et résilient t'es encore plus en tête ! Et de loin.

On parle des vieux qui font du sport ?
Présent ! :slight_smile:

Je ne vais pas m'étendre sur ma vie, mais globalement je suis en bonne santé et mon boulot le laisse beaucoup de temps libre.
J'ai repris sérieusement le sport en juillet dernier, après deux années de perdition dans l'engraissement de mon bide et le goudronnage de mes poumons.
J'ai repris d'abord la natation, puis la course à pied, puis le vélo. Trois à cinq fois par semaine au début. Puis plus de natation à cause de la Covid, puis plus de vélo à cause de la neige...
Mes objectifs étaient un marathon et des petits triathlons l'été prochain, et pourquoi pas un grand triathlon dans trois ans. Mais avec le coronamachin je ne prévois plus rien du tout maintenant...

J'ai 48 ans 1/2, et j'ai clairement remarqué que l'âge augmente énormément mon "inertie sportive". C'est à dire que je progresse bien moins vite, je maigri bien moins vite, et je perds bien plus vite ce que j'avais mis des semaines, voire des mois à gagner.
Ca veut dire qu'avec l'âge il faut se fixer une discipline de fer pour pratiquer régulièrement si on ne veut pas tout perdre rapidement.
J'ai entendu le papi de 102 ans qui bat des records de vélo dire qu'à son âge il doit pratiquer tous les jours, sinon il perd tout.
Pour la performance pure, je pense que j'ai encore quelques belles années devant moi. J'ai le souvenir qu'un gars qui a gagné l'utmb (un Trail de dingo autour du mont Blanc) à 53 ans. Et j'ai lu un bouquin autobiographique de Murakami (un grand écrivain passionné de marathon) qui explique qu'il a commencé à voir ses chronos baisser significativement vers 57 ans.
Donc j'ai quelques années pour me préparer à doucement oublier les chronos pour me concentrer sur le plaisir.
Petite note positive : mon père qui a 81 ans a repris la course à pied la semaine dernière, 6km pépère, suite à un arrêt de trois ans (mais avec marche rapide) pour cause de tendinite.

Côté technique je remarque surtout une perte de souplesse générale et une moins grande vivacité dans les mouvements des muscles. Donc ça se traduit par une perte d'agilité. Le cerveau adapte donc ses exigences aux capacités faiblissantes de l'organisme,

Voila voila.

2 J'aime

J'ai pensé à vous là :wink:

Juste pour dire qu'il y a 3 mois j'ai investi dans un rouleau de massage Blackroll sur conseil d'un masseur, et bien je suis fan, top pour soulager les mollets, mal au dos et renforcement musculaire. Maître-achat !

grafik

2 J'aime

Merci à tous pour vos retours.

Je ne me suis pas éternisé mais ma radiothérapie de fin 2017, mes soucis au boulot, perso... tout cela a joué dans la balance.

Ca fait vraiment chier de vieillir. Je me retrouve vraiment dans ce qu'écrit @thomas.valzer au sujet de l'inertie sportive. Oui on met plus de temps à progresser, oui on met plus de temps à perdre du poids, oui il faut passer du chrono au plaisir. Dans mon club on est tous sur strava, et ça devient une sorte de référentiel. Je ne m'étends pas sur ce réseau social que j'apprécie beaucoup, que je recommande et que j'utilise à chaque sortie. Je me dis de plus en plus que je ne vais l'utiliser que pour moi. Moins pour me comparer aux autres. Et c'est là pour moi que ce logiciel est intéressant.

Oui @hpman83 tu as raison concernant les deux aspects de la technique. L'engagement compte aussi beaucoup dans la pratique. Quand je vois aujourd'hui des jeunes de 15-16 ans qui sautent des obstacles de plusieurs mètres de hauteur et bien 2 mètres de hauteur je me dis que la pratique a également beaucoup évolué.

@Carbone Je te rejoins pour les vélos. Mes 29 pouces me paraissent tellement gommer le terrain ! Je ne pense pas que je passerai aujourd'hui sur les obstacles que je franchis avec mon Spe FSR de 2001 26 pouces. C'est même certain que non.

J'aime aussi me dire que rien n'est perdu. Certes c'est plus difficile mais c'est encore largement faisable ! Dimanche quand je roulais avec mon fils de 12 ans, je me demandais si c'était moi qui n'avait plus de caisse ou si c'est lui qui en avait beaucoup. Certes je l'ai plusieurs fois poussé dans la dernière montée (ça épuise car je devais ensuite revenir au contact) mais bon sur les 3 derniers kilomètres j'ai vraiment dû piocher dans le mental pour le mettre à bonne distance !

Je viens d'avoir 47 ans, j'espère encore pouvoir rouler longtemps en musculaire. Ce qui me tenterait bien ce serait une petite semaine d'exploration avec tente et duvet, sur une jolie voie verte, loin de toute agitation. Et avec mon fils ce serait encore mieux.

2 J'aime

La conclusion semble être qu'avec l'âge on a besoin de plus temps pour garder le même niveau. La solution me parait évidente : on prend tous notre retraite et on fonde la République autonome de VTTnet quelque part dans un coin perdu des Alpes. On y vit en autarcie dans le seul but de pouvoir rouler en montagne à tous les jours.

Pour que ça fonctionne chacun devra contribuer:
-Carbone fabrique et repare les vélos
-Brup et HPman tracent les pistes
-Carquo nous connecte à Internet
-Steph et Roudou nous fournissent à boire
-Je me charge de la poutine
-Koyote s'occupe de l'agenda
-Fab definit le cadre conceptuel du projet

Et si je ne vous ai pas mentionné c'est juste parce que je n'ai plus le temps étant donné que je ne suis pas encore à la retraite. De toute façon tout le monde pourra contribuer via notre génératrice électrique alimentée par des vélos stationnaires.

2 J'aime

Ha... on va tous avoir la banane alors?
(et la barbe de hipster qui va avec)
:slight_smile:

1 J'aime

Les gars, faut tout arrêter avec les hipsters.
Je viens de demander des trucs à madame google.
Et je découvre que cette mode, cet art de vivre et de paraitre est déjà l'apanage de gros loooosers. Maintenant le top du matuvisme ça s’appelle les "yuccies" (*).

(*) Et après la mode Youki, j'imagine qu'on aura la mode Mirza.

Bon article de 2015 il doit être has-been aussi :wink:
Y'a des vrais journalistes qui pondent ces trucs plus creux que creux ??!! :thinking:
Au secours !

C'est surtout pour lui trouver une occupation sinon il va discuter avec tout le monde et nous empêcher de terminer nos tâches, voir de rouler. Mais c'est vrai que ça a le potentiel de mal se terminer. :wink:

Sinon il peut s'occuper de l'ambiance musicale :blush:

1 J'aime

Je préfère encore aller au boulot...