Chutes et blessures

Pour faire écho aux discussions avec @ChristopheS ce WE au varnet sur l'impact des chutes et ses conséquences... @koyote ça peut t'intéresser aussi :wink:

allo, on m'appelle ?!
oui, j'ai fait une chute (clavicule) dans un chemin que je prends tous les mois, mais cette fois-ci un peu vite et a 20h30...
puis sur ma première sortie 2.5 mois plus tard, je suis passe par dessus le guidon dans un chemin que je prends toutes les semaines...
puis sur une première sortie avec les ados du club 3 semaines plus tard, atterrissage sur épaule et visage, ce n'était pas beau.

Tout cela, précisément a mes 50 ans.

depuis, je roule plus tranquillement, j'ai même acheté un vélo route pour ne pas me trouver chaque jour a passer dans des zones techniques.

c'est grave, docteur ?

T'est tu déjà posé la question de savoir si tu avais 20 ans de moins tu ne te serais pas plus rapidement remis de ces chutes à tes 50 ans ?

non, car je considère que je suis encore assez jeune pour guérir rapidement. j'ai passe 3j a l'hôpital puis 6 semaines dans le plâtre puis 2 mois a guérir d'une chute en moto TT a 40 ans, et ce n'était pas plus simple ni rapide que maintenant.

je pense que la prise de conscience de risque augmente avec l'âge, peut-être a cause des (ou grâce aux) chutes que l'on fait au fil des années. a 20 ans les jeunes n'ont encore peur de rien, faute de mauvaises expériences.

1 « J'aime »

Ou à cause ou grâce aux conséquences des chutes... Autour de moi, les gars ont bientôt 50 ans et ils envoient du pâté dans les descentes, et ne font pas une sortie sans s'en prendre une et souvent plutôt violente. Ca ne les fait pas ralentir parce qu'ils ne se font jamais très mal (je ne sais pas comment). Par contre, quand ça arrive, que les conséquences sont plus lourdes, ça les calme et souvent définitivement.

Je ne crois pas que plus jeune ça change quelque chose aux impressions. Une chute à lourde conséquence, tu t'en remets ou pas, psychologiquement. Sauf que jeune, tu fais peut-être plus facilement l'effort de t'en remettre, vu qu'il te reste beaucoup de temps et de choses à prouver. Plus vieux, tu te fais plus facilement une raison.

1 « J'aime »

Si, si, il y a une chose qui change : le cerveau mémorise ce qui fait mal. Donc plus on s'est mis de boites plus on devient prudent.
(par exemple, je suis figé dès que j'ai les roues sur une passerelle en bois)

1 « J'aime »

rohhh la vieille association Coyote = chute :grin:

image

image

image

image

Plus sérieusement, je travaille l'après chute avec mon ostéo, de manière "mentale" ou psychologique : je me refais le film de la chute, jusqu'à la chute. Puis je reviens en arrière et avant de chuter, je modifie mentalement ce qu'il faut pour ne pas chuter. C'est toujours surprenant à ce moment de sentir le dos, les bras, les mains,... se relâcher ! preuve que le corps avait gardé des traces de la chute.

Après la casse de la clavicule, on avait fait un travail similaire. Mon corps ne réagit pas quand je raconte la chute, mais quand je vois à la radio qu'il y a eu de la casse. La tête et le corps savent que je n'ai rien fait pour me mettre en danger ou chuter ce jour là. Je ne garde aucune appréhension de la chute, du VTT,... rien. D'ailleurs quand je suis remonté pour la 1ère fois sur un VTT en avril 2020, au début de la pandémie, des interrogations de la surcharge des hôpitaux,.. je roulais beaucoup trop vite dans les sentiers techniques ! Cette fois la chute n'avait pas servi de leçon. D'autres ont laissé des traces par contre.

Bon cette méthode n'est pas "acquise" pour tout le monde, on a fait un long travaille sur plein de paramètres avant d'en arriver là mais les résultats sont flagrants dans mon cas :slight_smile: