Régler un frein à disque ? réglage ou pas ?

oui oui, je pense bien. Je voulais juste faire l’analogie en terme de précision. J’arrive à dévoiler mes roues mais j’ai arrêté d’aller chercher le dernier pouillème de précision. Pour mon disque, là c’est directement du genre pouillème qu’il faudrait aller chatouiller.

Ton disque est il usé ? T’as mesuré son épaisseur ?
J’ai eu ce problème de disque voilé. Quand je m’en suis occupé je me suis rendu compte qu’il était pas mal usé .
Possible que l’usure favorise le voile .
Mais en tout cas, je ne me suis pas pris la tête , j’ai changé le disque.

C’est sur que si le disque avait été neuf , j’aurais hésité un peu plus .

non je pense pas. Je prends souvent des branches dans ma roue arrière. J’en ai récemment pété une tête de rayon sur ce genre de péripétie. A mon avis, le disque aurait pu prendre un léger coup. Et comme c’est le disque arrière que j’ai mis à l’avant et que ça frotte(ait) à l’avant, c’est peut-être de là mon problème.

Mais je vais quand même checker cette histoire de voile. Par exemple en le posant sur un marbre au boulot, c’est la surface la plus plane que je connaisse.

Ça se dévoile à l’oeil sur le vélo. Avec un pied d’atelier c’est sur c’est plus pratique . Tu repères où ça touche, à l’oreille si tu veux mais fais gaffe :), et tu tords le disque à la pince (ou avec un outil spécial). Le but n’est pas de le passer au marbre, juste qu’il ne touche plus.

je me suis fait violence. Le pied d’atelier arrivera dans une semaine.

Pour l’histoire du marbre, c’était juste histoire de constater un voile.

Par intermittent, tu veux dire :

  • tu soulèves le vélo, tu fais tourner la roue, tu regardes par dessus l’étrier le jour entre plaquettes et disque et tu vois que ça frotte sur une partie de la rotation ? => disque voilé
  • des fois quand je roule ça frotte, des fois non => alors là je verrais bien une bulle qqpart. Au toucher les leviers sont fermes ou spongieux (vont jusqu’au cintre quand tu appuies) ?
    Le toucher est-il constant ? (tu freines, le levier vient par exemple à 1 cm du cintre, tu lâches et ré-appuie de suite : le levier se retrouve-t-il au même endroit ou plus loin ?)

Oui. Et si ça n’est pas stable dans le temps cet écartement, c’est que probablement, il y a de l’air dans le circuit (qui empêche le retour des plaquettes).

Dans quelle position était le vélo quand tu l’as fait ? à l’envers ? as-tu ensuite appuyé sur le levier, vélo à l’envers ?

Je fais ça souvent, ça ne pose pas de problème, si … (voir plus haut ma question sur la position du vélo)

Ah, levier spongieux = bulles qqpart. Sans bulles, le levier serait ferme et tu n’aurais pas ce pb. Je pense que tu as freiné vélo à l’envers et envoyé de l’air dans le circuit.

Si : faire une purge réussie du frein mou.

ça peut envoyer de l’air dans le circuit : le bocal au niveau du levier n’est pas forcément complètement plein d’huile. Suivant sa forme, la quantité d’air, et la position du vélo, tu peux balancer de l’air dans le circuit à la place de l’huile.

Avec le petit bocal de purge Shimano, tu peux retirer pas mal de bulles facilement, si elles sont dans le haut du circuit. Il te faudrait le kit de purge.

(https://www.vtt-alsace.fr/viewtopic.php?t=4161)

Faut un sacré coup de bol pour que ça marche, en général on redresse à un endroit et on le tord à un autre.
=> passer à des disques flottants (Hope par exemple :sunglasses:)

mais bon, vu ta description des symptômes, ne touche pas à ton disque de suite, purge déjà l’air dans ton frein arrière : les plaquettes s’éloigneront plus du disque et il ne touchera plus.

J’ai surtout fait gaffe à ne pas freiner avec les étriers sans disque. Par contre, j’ai déjà freiné quelques fois avec le vélo retourné. Mais a priori, cela n’a jamais aggravé mon problème initial généré au tout premier montage du vélo.

tu veux dire par là que je peux tenter une extraction de bulles sans faire une purge ? si c’est ça, j’ai déjà le kit mais pas de liquide. Mais est-ce qu’il y a une chance de foirer l’opération ? Si oui, je devrais peut-être acheter du liquide au cas où il faudra vraiment purger le bazar en cas de pb.

Quelques réponses aux autres questions :

je ne vois pas le jour. Comme dis précédemment, je n’ai pas un visuel clair comme sur mon vélo d’avant. Je fais à l’oreille. Et ça frotte par intermittence, mais ça frotte toujours avec la même intermittence… jusqu’à ce que ça disparaisse un jour (j’imagine par usure de la plaquette).

le toucher est constant.

je ne sais plus si le vélo était à l’envers pour le coup de spatule. De toute façon, c’était pas possible de mettre la spatule avec l’étrier monté. Je pense que le vélo était debout et que j’ai donné le coup de spatule sur un étrier démonté. Mais comme dis précédemment, j’ai déjà freiné quelque fois le vélo à l’envers, et je l’ai encore fait la semaine dernière (ça sera la dernière fois que je fais la connerie du coup).

vous avez l’air tous d’accord sur la nécessité de purger. Et voilà la sanction tombe. Je devrais appliquer ma menace de hanter l’autre discussion. frein moderne = plus complexe = prise de chou pour certains mini problèmes. Mais comme c’est ma faute, je vais fermer ma g…

a priori, cette quantité d’air dans le liquide ne change pas puisque le comportement de mon frein ne s’aggrave pas malgré les derniers coups de freins à l’envers. J’imagine que j’ai fait tout le mal possible à mon circuit et ça peut pas être pire maintenant.
Et donc purger pour améliorer. pffff… allez, fallait bien que je m’y mette un jour. Mais avant tout, il faut tenter l’extraction de bulles avant d’en arriver là, c’est ça ?

Oui tu peux déjà retirer ce qu’il y a au niveau du levier. Pour le liquide, en grande surface : LHM, liquide de suspension pour Citroen, ça marche idem.

Une lampe, ou face à la lumière vélo debout ?

Le pb n’est pas le coup de spatule qui ne fait que pousser l’huile de l’étrier, mais les coups de frein ensuite … si le vélo est retourné.

Une fois que tu l’auras résolu, tu verras c’est hyper fiable et constant.

Oui le système n’en créée pas. Le bocal au levier est étanche.

Oui essaie déjà ça si tu as le bocal, mais il te faut de l’huile dedans, hein.

:smile: je suis vraiment un charlatan. Clair qu’il me faut du produit purge complète ou pas. Merci pour le tuyau LHM. Tu fais tes purges avec ça ?

Oui LHM pour les freins à l’huile minérale (Shimano et Magura depuis longtemps, Formula récemment si je ne déconne pas). Le truc est connu depuis … le début des freins à disques sur VTTnet, quasi 20 ans quoi.

Pour sortir les bulles en haut :

  • tu vires la vis bouchon du réservoir (attention au tout petit joint torique dessous)
  • tu visses le bocal avec de l’huile sur le réservoir, fermé par la petite tige bien sûr
  • tu retires la tige pour ouvrir le bocal
  • tu pompes lentement (pour éviter d’émulsifier huile et air) sur le levier pour faire sortir les bulles
  • tu peux tapoter sur la durite ou le bocal en l’inclinant plus ou moins aussi pour déloger les bubulles récalcitrantes
  • tu remets la petite tige pour refermer le bocal
  • tu le dévisses
  • tu remets la vis bouchon avec son petit joint

Et tu nous dis si ça changé qqchose.

Tu peux aussi stocker ton vélo debout pour aider les bulles à remonter via la durite et la secouant de temps à autres. Puis recommencer ta purge du réservoir qqjours plus tard.

petites révisions (ou pas pour certains :wink:) concernant les freins à disque

  • le rattrapage automatique de l’usure / distance entre les plaquettes et le disque

les pistons (pièce de gauche) se déplacent dans l’étrier (pièce de droite)
Ils sont montés sur des joints spéciaux qui peuvent se déformer. Mais ils peuvent aussi coulisser dedans !
En gros, quand tu commence à freiner, le joint se déforme (jusqu’à 1mm par exemple - c’est juste une valeur arbitraire, rien de réel). Si tu freine moins que 1 mm, quand tu relaches le frein, le piston revient en position, quand je joint reprend sa forme / position initiale. Rien ne se passe au niveau du rattrape d’usure.
Maintenant, tu as beaucoup freiné, les plaquettes s’usent. Pour que les plaquettes touchent le disque, les pistons doivent se déplacer de 2mm. Physiquement, les joints vont de nouveau se déformer de 1mm, mais ensuite c’est le piston qui coulisse dans le joint (de 1mm). Quand tu relaches le frein, le joint « recule » de 1mm, le piston aussi par la même occasion. Et c’est tout ! il ne va pas reculer / glisser de 1mm dans le joint par l’opération du st esprit ! :fearful:
Hop, la magie du rattrapage automatique a fonctionné.
C’est pour ça qu’avec des plaquettes neuves, il faut d’abord repousser les pistons « au fond » avant de pouvoir remonter des plaquettes, sinon elles seront contre le disque.

Manque de bol, les plaquettes s’usent et font de la poussière qui vient se coller sur le piston qui coulisse moins bien dans le joint. Pas de problème pour freiner, on appuie assez fort sur les leviers, mais ils ne vont pas revenir assez en arrière --> zling zling zling zling pendant les tours de roues :wink:
D’où l’intérêt de temps en temps de nettoyer les pistons (les brosser en les faisant sortir « au max » sans les sortir des étriers… attention !) et de les lubrifier (avec un lubrifiant adapté aux joints, attention entre les compatibilités huiles minérales et DOT).

En repoussant les plaquettes, s’il y avait trop d’huile dans le circuit, ça peut faire exploser des joints internes --> plus de rattrapage auto parce qu’il n’y a plus assez de liquide qui se déplace (air dans le circuit, hors l’air est compressible au contraire de l’huile)

Un frein mal centré, de travers,… fait aussi qu’un des pistons doit trop se déplacer, l’autre pas assez, et ça entraine des soucis de retour du piston, de frein mou,…

  • la compensation du niveau de liquide / de sa température (qui fait que le liquide se dilate, prend plus de place et freinerait tout seul !)

Quand le rattrapage d’usure se fait, quand il fait chaud, quand il fait froid, quand il y a une petite fuite, quand le DOT se charge d’eau (et d’air…) on se retrouve avec un fonctionnement chaotique des freins.

A gauche, le piston (orange) du levier est au repos. Il laisse communiquer le circuit avec le bocal d’expansion (jaune). En théorie il n’y a que de l’huile dans le circuit. L’air est censé remonter et aller dans le bocal.
Quand on commence à freiner, le piston orange ferme la communication avec le bocal : il ne doit y avoir plus que de l’huile dans le circuit --> ça freine !
Par contre s’il y a de l’air dans le circuit, on déplace de l’huile OK, mais on comprime aussi de l’air --> comme l’air prend moins de place comprimé, une partie du déplacement du levier sert juste à combler ce vide, pas à déplacer le piston ! Et là ça freine pas des masses.

Pourquoi y aurait-il de l’air dans le circuit ?
parce qu’il n’y a pas assez d’huile au départ ! le bocal est plein d’air et il ne peut pas compenser les pertes de liquide
parce qu’une bulle se ballade dans un recoin du circuit et qu’elle ne veut pas sortir toute seule (principalement dans l’étrier qui a des conduits torturés) ou dans la gaine si elle fait des boucles verticales - d’où l’intérêt en purgeant de tapoter sur l’étrier, la durite,… pour faire bouger / remonter les bulles. Faire aussi une purge avec l’étrier / la durite / le levier verticaux, et le levier en haut !
parce que c’est du vieux DOT, qui absorbe l’humidité. Et dans l’humidité, il y a de l’air. Donc plein de petites micros bulles d’air dans le liquide.
parce qu’on a mis le vélo à l’envers, que l’air contenu dans le bocal est remonté dans l’étrier. Pire encore quand on freine, parce qu’on reaspire du liquide dans le bocal en relâchant le levier. Et généralement le liquide vient de l’étrier et de la durite ;-). Bon en remettant le vélo droit on doit aussi pouvoir à force remettre du liquide dans tout le circuit
parce que plein d’autres mauvaises raisons :wink:

En faisant une « vraie » purge, normalement on remplit tout le circuit d’huile.
En faisant juste la petite manip avec le bocal, ça permet de remettre le niveau d’huile… à niveau ! Mais il faut de l’huile dans le bocal, sinon ça sert à rien :wink:
Sinon, sur le terrain, pour se dépanner s’il y a juste 1 ou 2 bulles qui se baladent --> tapoter l’étrier et la durite, avec le manche d’un tournevis et freiner, relâcher le frein, freiner, relâcher le frein, freiner, relâcher le frein,… en espérant que la bubulle aille dans le bocal ! Mais ça ne remplace pas une vraie purge

Sur certains freins, on peut régler le « point de contact ». En gros, la course du levier avant que les plaquettes touchent le disque. Ca fait avancer le piston du levier (avant de boucher le trou du bocal d’expansion). Les pistons de l’étrier vont un peu moins reculer au moment du rattrapage de jeu, avec le risque du zling zling zling zling si le disque est voilé.

beu nan, suffit de détordre là où ça fait zling !
Ca se détord sur la roue, dans l’étrier, pas sur un marbre.

  • Pour les disques mécaniques : pas de rattrapage automatique à ma connaissance, sauf si c’est un mix huile dans l’étrier / câble depuis le levier. Sans huile, le câble fait tourner / avancer un piston « vis ». Tu sers, ça se visse, ça freine. Tu relâche, ça se dévisse d’autant. Pour compenser l’usure, il faut tendre un peu plus le câble.
    En plus il n’y a qu’une seule plaquette qui bouge, il faut donc gérer manuellement l’usure de l’autre plaquette en l’avançant dans l’étrier.
4 J'aimes

Freiner c’est lâche ! :wink:

C’est ce que j’ai fait/essayé de faire, les fois où j’ai essayé : mais à chaque fois je trouve qu’il me manque des points d’appui : je tire sur la partie voilée, mais j’emmène avec les zones non voilées, qui se retrouvent voilées dans l’autre sens. Il faudrait à l’idéal deux mâchoires fixes aux extrémités de la zone voilée.

Ou alors, je m’y prends mal :vttclin: probablement en fait :sunglasses:
Bon, avec des disques flottants, je n’ai plus de pb de disque voilé.

Sinon top explication ! claire et précise sur le fonctionnement de base d’un frein à disque de VTT (ça marche pareil sur une moto). Amora, y’a plus qu’à ! :grinning:

Y’a des outils spéciaux. En gros une clé avec une encoche de l’épaisseur du disque. Une encoche longue pour tordre large et une encoche courte pour tordre que la périphérie. Mais bon, à priori une pince, ça doit le faire. Mais je parle de voiles légers, pas d’une bosse de 5mm.

Je suppose qu’une pince spéciale coûte plus cher qu’un disque ?
D’ailleurs ils sont en quoi les disques ?
Si c’est de l’alu il ne faut surtout pas détordre de l’alu.

wouha! merci pour les infos. Non non, les freins à disque, c’est pas complexe, non non, non non non. arrow, puerta.

c’est pas de l’alu, ils ont 2-3 points de rouille.

par exemple, environ 20€ le disque Magura (c’est ce que j’ai actuellement). Effectivement, la question se pose entre le remplacement ou la répa. Je suis plutôt du genre à vouloir faire durer les objets, mais dans ce cas, ça serait plutôt un choix philosophique que de rentabilité.

ps :
je viens de toper le pied d’atelier, je vais déjà voir pour le centrage des étriers. Pour ce qui est de la purge ou de la chasse aux bubulles, je suis très lent à me décider. J’en fais une mini-montagne et j’ai peur de me rater. Je suis quasi à une sortie par jour en ce moment et j’ai pas envie de me retrouver avec un souci mécanique. Je vais attendre une période de mauvais temps ou de moindre motivation pour tenter l’opération.

Shim XT : Doté d’une couche centrale en aluminium entre deux couches en acier inox, pour dissiper la chaleur plus rapidement.

Ce ne sont pas des disques XT. J’ai acheté d’occaz l’ensemble XT étrier + leviers déjà purgé et prêt à monter. Les disques sont de marque Magura.

S’il faut changer de disque à chaque fois qu’il a du voile… Ça va être ni économique ni écologique !!!