Multiplication des interdictions VTT

Salut,

je sais pas comment c'est chez vous, mais depuis la confinement, l'avènement des VAE, l'essor des enduros, aussi bien dans les Vosges que les montagnes allemandes voisines, il y a de plus en plus de conflits, et d'articles dans les journaux à ce sujet.

Et les discours officiels considèrent que s'il y a un bikepark dans la région, on peut très bien rester dessus sans aller embêter les randonneurs qui ont peur...

Ca ne me rassure pas trop....

Là en Allemagne, les gars ont démonté les barrières du garde-forestiers après 2 jours, dans un coin qui était jusqu'à présent très tolérant avec les vtt.

je suis pas vraiment concerné vu le peu de pratiquant dans mon home spot. Mais je ne peux m'empêcher de penser au risque que tel ou tel promeneur un peu introduit dans le milieu municipal ait un jour envie de se plaindre sous prétexte qu'il a sursauté une fois au milieu des bois à cause d'un vélo. ça me gonfle les promeneurs qui regardent en biais et toisent les vélos comme des envahisseurs.
Le promeneur ne se rend pas compte qu'un vélo ça s'arrête vite. Ils ont vite peur, se rangent exagérément comme si on avait des roues piégées tel le char de Ben-hur.

Sans parler de grosses branches placées (volontairement) en plein milieu des chemins.

Ca parait pas complètement illogique en même temps... Si la pratique s'intensifie, on ira forcément sur un partage de ce genre.
Tu veux t'amuser à VTT, tu vas au Bike Park.
Tu veux voir de beaux paysages, tu randonnes.
Tu veux faire les deux en même temps, c'est que tu en veux toujours plus.
Tu veux faire les deux en même temps sans avoir la caisse, tu mets un moteur. Tu en veux encore et toujours plus (cf M Vouilloz).
Le VTTAE, et peut-être les pratiques type Enduro, vont finir par sortir le VTT de son coté un peu confidentiel qui lui permettait d'être toléré un peu partout. Mais ça pousse aussi au développement des BikeParks, qui, comme le nom semble l'indiquer, parquent la pratique. Il ne me semble pas anormal qu'en échange de zones réservées au vélo, il y ait des zones réservées aux marcheurs. Faut juste rester vigilants à garder un équilibre juste, mais pas forcément se braquer directement sur la suppression d'un privilège, quand on ouvre la pratique à un plus grand nombre...

Je suis rarement en montagne, mais j'en ai jamais vu de cette espèce la... Après, j'ai pas le style "à l'attaque", limite un randonneur ça me donne une bonne excuse pour ralentir. T'es sûr que c'est à cause de ton vélo qu'il te regarde de travers? :vtttong:

Le bikepark en question fait 50m de D+, il est sympa, mais tu ne vas pas y tourner en rond comme un hamster toute la journée.
Après des interdictions locales près des villes bien sûr il en faut.

il y a surement un peu d'exagération dans mon propos (on est sur internet, ha ha les mots sont comme des poignards). Mais c'est le sentiment que ça me donne avec certains promeneurs. En général, des personnes agées.
à vue de nez, je dirais : 75% de rencontres courtoises (bonjour merci etc...), 20% d'indifférence (visage tourné à l'opposé, pas de croisage de regard ça brule), 5% de mécontents. (source sondage : Amora Consulting Partner&Partner)

Après, je ne sais pas si c'est le style "à l'attaque" qui fait ça. J'ai du mal à rouler calme mais je ralentis quand même pas mal au passage parce qu'il y a toujours le risque d'envoyer un bout de branche ou un gravier sur un coup pas de bol. Je fais de mon mieux.

La plupart des randonneurs sont effectivement terrifiés par le passage d'une vttiste, ils sont persuadés qu'il ne pourra pas freiner.
Je préfère souvent carrément m'arrêter que des les passer doucement, car pour beaucoup ca ne paraît pas doucement.

Ces histoires ca me fait même cogiter sur le choix de mon prochain vélo, je me dis qu'un vélo de trail en 140mm c'est peut-être pas la peine si la pratique part sur des pistes aménagées vaut mieux prendre un enduro direct et au revoir les longs singles vosgiens...

ça peut se comprendre aussi. Le différentiel de vitesse introduit psychologiquement une crainte. ça fait le même effet entre une voiture et des piétons. J'ai déjà eu le cas où j'ai croisé 2 piétons en estimant avoir ralenti suffisamment. Mais que nenni, ça a gueulé. Le fait est que passer de 90 km/h à 50 km/h donne l'impression de s'être bien calmé, mais vu du piéton, ça parait pas suffisant.
c'est assez simple à comprendre, mais c'est comme ça. Il y a un mec dans son véhicule, au calme et en controle, et un mec sur le bas côté qui serre les fesses et est sensé faire confiance à un inconnu.

Oui bien sûr, pour ça que je dis qu'il faut veiller, plus encore maintenant qu'il y a une augmentation de pratiquants, à ce que les choses soient équilibrées. On va pas interdire une région parce qu'il y a 3 bosses dans un champs. Comme on ne va pas forcément s'offusquer d'avoir des chemins interdits aux vélos sur des sommets à coté d'une station aménagée vélo.

Bah comme souvent un peu de diplomatie (donc éviter le "bonjour connard"), un peu de discussion sur l'amour commun des beaux paysages, sur le respect des sentiers etc et même les plus grognons se laissent convaincre)